Réouverture des lieux de culte : Le non ! merci du COMECTO




                                                Apôtre DELADEM Komi WOLAKO, président national du COMECTO

 
Alors que toutes les confessions religieuses se sont pliées à l’injonction du ministère de l’Administration territoriale autorisant  la réouverture graduelle et partielle des lieux de culte à partir de ce vendredi, une voix discordante résonne pour remettre en cause cette harmonie affichée depuis l’annonce de la décision du ministre. Elle émane du Conseil des ministères et églises charismatiques du Togo (COMECTO), une des organisations des églises de réveil du Togo.

Dans un courrier réponse adressé au ministre de tutelle, ce Conseil tout en félicitant le gouvernement pour les efforts fournis pour endiguer la crise sanitaire de la COVID 19, a décidé de ne pas rouvrir les portes des églises membres mais « de patienter jusqu’à la réouverture totale et complète » de tous les lieux de cultes sur l’ensemble du territoire national.

Une décision motivée selon le Conseil par le grand nombre de dénomination que regroupe le COMECTO, le besoin de solidarité et de communion fraternelle, valeurs intrinsèques de notre foi en Christ le sauveur, l’indignation totale de tout le Conseil concernant la réouverture partielle de certains lieux de cultes pour l’expérimentation des mesures barrières, et le désir des Églises de COMECTO de rouvrir ensemble leurs lieux de cultes afin qu’aucune dénomination ne se sente lésée.

Cette décision louable et respectable du COMECTO est la preuve que toutes les confections religieuses n’ont pas perdu leur dignité, le sens de la solidarité et de l’unicité du corps de Christ.

Quoiqu’on dise cette réouverture partielle des lieux de culte est un défi lancé à l’Eglise. Quand on sait que certaines églises ont fait tout pour figurer sur la liste retenue,  le nerf de la guerre étant le soubassement de cette action, ces « églises chanceuses » ne doivent pas oublier leurs sœurs qui n’ont pas eu le fameux sésame pour éviter l’éclatement des regroupements dont le grand bénéficiaire sera le gouvernement. 

Face à une classe politique qui n’est pas remise de la dernière présidentielle, une société civile attentiste, le pouvoir n’a pas intérêt à voir une église forte qui, à l’instar de l’église catholique, porte de temps en temps la contradiction là où tout le monde se tait. Et qui sait si ce n’est pas à dessein que la réouverture partielle a été décidée ?

Francine DZIDULA
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.
TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

0 Commentaires