Togo, le repaire des braqueurs



En dehors des 500 milliards du « petrole-gate » que la famille ADJAKLY aurait détourné dans un scandale financier sans précédent, l’autre chiffre de l'actualité nationale concerne 86 milliards emportés par des braqueurs au cours du premier semestre de l’année en cours.

Ce chiffre qui fait froid dans le dos a été avancé par le ministre de la Sécurité, le Très célébrissime Général Yark DAMEHANE. Faisant le point de la situation sécuritaire dans le pays au cours de ces six derniers mois, le ministre a susurré le sinistre chiffre. Selon lui, il y a eu au cours du premier semestre de l’année 33 braquages, 21 vols à mains armées et 16 cambriolages. Au cours de ces différentes opérations les malfrats ont dérobé la rondelette somme de 86 milliards mais aussi endeuillé des familles.

Venant d’un Général qui avait promis et cueilli « comme des poules » plus d’une demi-douzaine d’éléments de « Tiger revolution » en décembre dernier, quelques jours seulement après qu’ils aient tenté de « renverser les institutions de la République » avec des houes et coupe-coupe, montre qu’il y a une faille dans le dispositif sécuritaire du Général.

Soit ces éléments ne sont prompts à agir que quand il s’agit du dossier politique. Puisqu’il y a quelques jours, on a vu la hargne déployée par ces mêmes éléments pour arrêter l’opposant Agbéyomé KODJO qui ne revendiquait que sa victoire à une élection à laquelle il a participé. De  même dans le courant du mois d’avril à la suite de l’état d’urgence décrété pour juguler la crise liée au coronavirus, les éléments du Général ont fait montre d’une détermination pour traquer les civils qui sortaient dans la nuit au moment du couvre-feu que s’ils mettaient la même détermination il est à parier que ces malfrats seraient déjà arrêtés il y a belle lurette. Surtout que certains de ces cambriolages se déroulaient au nez et à la barbe des militaires ou des camps.

Et depuis que notre capitale et certaines villes de l’intérieur du pays notamment Cinkassé sont devenues le théâtre des opérations de braquages, de vols à mains armées et de cambriolages, le Général s’est muré dans un silence assourdissant. Il n’a jamais organisé une conférence de presse pour nous présenter des malfrats arrêtés  comme il a l’habitude de le faire. Seuls les menus fretins qui n’ont rien à voir avec les braquages sont présentés ces derniers jours sur la télévision nationale.

Mais ce que le premier flic togolais oublie est que dans un pays où au cours d’un semestre plus de 86 milliards peuvent volatiliser dans la nature sans que les auteurs ne soient inquiétés, ce pays ne rassure pas les opérateurs économiques à investir dedans. Le Togo qui compte sur les opérateurs économiques pour financer son Plan national de développement (PND) dont 65% du financement viendrait du secteur privé se doit de mener une lutte d’arrache-pied à ces fouteurs de trouble.

C’est pourquoi au lieu de déployer ses éléments pour traquer les opposants, il est de sa responsabilité, il sera plus crédible et préférable de les envoyer aux trousses de ces malfrats qui sapent l’économie nationale.  Cette traque sera plus profitable à toute la population : minorité comme majorité. C’est sur ce terrain que le Général est attendu.


 Albert AGBEKO
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.
TOGOSCOOP, nous redonnons un sens aux scoops.

Publier un commentaire

0 Commentaires