BADOUMNALOU Bakpabati, le Togolais de Chine : « J’apprécie le côté travailleur et créatif des Chinois »



1/7 des Togolais, soit environ 1,5 million de la population totale, vit en dehors du territoire national. Certains sont contraints à vivre à l’extérieur du Togo pour leurs convictions politiques. En effet, en raison de leurs engagements politiques, ces derniers sont devenus des exilés politiques. D'autres, ce sont les motivations d’ordre professionnel ou académique qui justifient leur départ du Togo. Le goût de l’aventure ou de la découverte ont poussé d’autres encore à se mettre en congé momentanément avec la terre natale. Quelles que soient les raisons qui ont poussé ces compatriotes à quitter le Togo, toujours est-il qu’il est difficile de vivre en dehors de son pays comme l’avait écrit le poète Euripide qui vécut vers 480 av J-C : « Il n'existe de plus grande douleur au monde que la perte de sa terre natale ».

Parmi ces Togolais qui vivent aujourd’hui hors du Togo, figure BADOUMNALOU Bakpabati. Ce jeune togolais qui a quitté le pays en septembre 2018 est devenu, à la faveur de la crise au coronavirus, une star dans l’Empire du milieu. En effet, au début de la pandémie du coronavirus en Chine, au moment où tous les habitants de la province de Changzhou-Jiangsu, sa ville d’adoption, se terraient dans leur maison pour éviter de contracter le virus, Bakpabati en compagnie d’un autre compatriote ont bravé la peur pour appuyer bénévolement l’hôpital provincial. Ce geste de bravoure avait été à l’époque bien apprécié et fortement médiatisé par la presse chinoise donnant ainsi une notoriété à notre compatriote.

« Ce geste à été vraiment salué par la population et certaines grandes personnalités du pays. Il y a même le musée national de Pékin qui nous a contactés pour une rencontre en vue d’immortaliser ces moments. Mais compte tenue de la situation actuelle du pays sur le plan sanitaire, pas encore d'entrée ni de sortie, la rencontre n’a pas encore été effectuée », nous a confié Bakpabati.

Parti du pays, il y a environ deux ans, notre compatriote travaille en Chine dans l’entreprise Lipute technology, spécialisée dans la fabrication de pneus. Si au départ, la langue a été un handicap à son intégration, aujourd’hui la barrière linguistique est vaincue et il s'est parfaitement intégré, avoue notre compatriote.

Les deux compatriotes togolais  lors de leurs actions humanitaires 


Dans la province de Changzhou-Jiangsu, il n’y a pas tellement de Noirs et certains n’ont jamais vu de Noir ; ce qui fait, dit-il que, « parfois quand ils (NDLR : la population de Changzhou-Jiangsu) vous voient dans la rue, ils vous approchent pour que vous soyez leurs amis, et d’autres n’hésitent pas à prendre des photos avec vous », raconte Bakpabati. Toutefois, il reconnait l’omniprésence du racisme dans la société chinoise. En même temps, il avoue beaucoup apprécier « le côté travailleur, bosseur et créatif des Chinois ».

Même loin du pays, Bakpabati porte le Togo dans son cœur. Il est d’ailleurs un grand ambassadeur de son pays dans l’Empire du Milieu. Aussi nourrit-il beaucoup de projets pour sa terre natale. Il avait même prévu revenir l’année dernière se ressourcer avant que la maladie ne bloque tout. Quoi qu’il en soit, il garde toujours le contact avec le pays et les amis restés au bercail. « Je profite de cette occasion pour saluer, au passage, tous ceux qui n'ont jamais cessé de nous appeler pour avoir de nos nouvelles depuis le début de cette pandémie. Ce qui me manque le plus est la famille et les repas africains » conclut-il.


Albert AGBEKO
Si vous voulez être le prochain Togolais de la diaspora dans cette rubrique, nos contacts :
Tél (00228) 90 96 63 64 (whats’app)
Tél (00228) 99 56 57 88 
E-Mail : togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Publier un commentaire

0 Commentaires