Pourquoi l’avocat SOSSAH et les siens veulent un procès à la va vite ?







Ce 16 septembre 2020 s’est tenue pour la seconde fois au Tribunal correctionnel de Lomé le procès opposant le sieur ADJAKLY Fabrice contre le Journal L’Alternative et son directeur de Publication dans l’affaire qualifiée par la presse locale de « Petrole gate ».  Fixé au départ pour le 19 Août 2020, les soutiens du Journal et conseils ont été amenés à constater le renvoi du dossier après la fixation de la caution de la partie civile à hauteur de 100 000FCFA. 


Ce matin aux environs de 10h 30, le juge,  président de la séance a fait un premier appel du dossier invitant le prévenu à la barre. Assisté par Me AGBOGAN Célestin et Me Claude AMEGA, le journaliste Ferdinand Ayité s’est présenté à la barre. Dans le contrôle de présence de la partie civile, il a été constaté que le plaignant s’est absenté (Fabrice ADJAKLY). Seuls ses conseils étaient dans leurs toges d’avocats  gesticulant et faisant des gestes de quémandeurs de parole alors même qu’elle leur a été donnée. Il donnait l’impression comme si le procès était déjà acquis à leur cause. Me SOSSAH qui venait juste de se constituer dans le dossier a voulu prendre la parole, c’est alors que le juge lui a intimé qu’il venait de se constituer et qu’il n’a pas encore pris acte de sa constitution. Et donc de prendre son mal en patience.


Après 20 mn de suspension de l’audience sur  demande du Procureur, l’audience a finalement  repris et a permis aux avocats des deux parties de faire un débat houleux sur la non communication des documents objets de la plainte. Les avocats de la défense estimaient que les documents devraient leur être transmis préalablement dans le but de préparer leurs argumentaires. La transmission en pleine audience ne peut en aucun cas leur permettre de préparer une bonne et due forme l’audience. Ce qui en leurs yeux constitue une violation de la procédure en la matière. 


La raison a fini malgré tout a primé sur les avis contradictoires des conseils qui souhaitent pour les uns la tenue ici et maintenant  de l’audience et les autres le report. Finalement, le président  a acté le renvoie de l’affaire au 7 octobre 2020.


Vu cette attitude suffisante et démesurée des avocats de la partie civile, l’on s’interroge si cette affaire augure-t-elle un procès équitable ? Ou renforce-t-elle la crainte des organisations internationales qui redoutent un acharnement contre un journaliste qui n’a fait que son travail ?


Toujours est-il que les soutiens du journal affirment rester sereins quelques soient l’issu de cette affaire et espèrent que la justice va saisir cette opportunité pour prendre part à lutte contre la corruption et le détournement de derniers publics. 


Faut-il rappeler que dans ses parutions ns°879 et 885 des 09 et 30 juin 2020, le bihebdomadaire « L’Alternative » a rendu public deux articles intitulés : « Importation du pétrole/les dessous d’un grand scandale », « T-OIL, l’autre grande épicerie de la République ». Ces articles soulignent et démontrent, au travers d’informations assez troublantes et précises, l’existence de détournements de près de cinq cents milliards (500.000.000.000) de francs CFA. Se déclarant diffamé le fils ADJAKLY, Fabrice porte plainte contre le journal et son directeur de publication.



Clarisse AFANOU

E-Mail : togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Publier un commentaire

0 Commentaires