Pétrole-gate : Ferdinand AYITE reçoit un soutien de taille



Alors que la reprise du procès dans l’affaire dite « Pétrole-gate » est prévue pour demain 07 octobre, Ferdinand AYITE, le Directeur de publication du journal « L’Alternative » a reçu hier un soutien de taille venant de près d’une quarantaine de députés de l’Union européenne.

Dans un message adressé à Faure GNASSINGBE avec ampliation au Garde des sceaux, ministre de la justice, à la présidente de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), les eurodéputés expriment leur inquiétude concernant le harcèlement judiciaire à l’encontre du défenseur des droits de l’homme et journaliste  d’investigation Ferdinand AYITE et son journal l’Alternative.

C’est avec inquiétude que nous avons appris les allégations  de détournement de 400-500 milliards de F CFA (610-760millions d’euro) rapportées par l’Alternative, en relation à l’importation de produits pétroliers au Togo.

Nous souhaitons attirer votre attention à la programmation conjointe UE-Togo pour 2020, selon laquelle l’UE peut être considérée comme le premier partenaire du Togo. Ce potentiel de développement ne se réalisera sans la consolidation de la lutte contre l’impunité et la corruption. 

Les députés signataires de la lettre se disent inquiets des accusations portées par l’homme d’affaire et membre du Comité des fluctuations des prix des produits pétroliers (CSFPP) Fabrice Afatsawo ADJAKLY à l’encontre de Ferdinand AYITE et de l’Alternative, en représailles pour leur travail sur l’article révélant l’affaire, lit-on encore dans le courrier adressé au président togolais.

Nous souhaitons souligner le travail crucial réalisé par les défenseurs et les journalistes luttant contre la corruption et au Togo pour que les auteurs de telles affaires soient tenus responsables de leurs actes.

Nous, membres du Parlement européen, appelons donc les autorités togolaises à abandonner toutes les charges à l’encontre du journaliste d’investigation et défenseur des droits humains Ferdinand AYITE et du journal « L’Alternative et de s’assurer que le harcèlement judiciaire à leur encontre cesse immédiatement. Nous appelons également les autorités togolaises à abroger ou modifier les provisions pénales sur la diffamation, afin de satisfaire les standards internationaux et les recommandations successives des Nations unies et de l’examen périodique universel à ce sujet.



Albert AGBEKO
E-Mail: togoscoop@gmail.com
Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop

Publier un commentaire

0 Commentaires