COVID-19: Les recommandations de la CSI-Afrique pour endiguer la pandémie



La pandémie de COVID-19 a laissé des conséquences dramatiques aux effets dévastateurs dans le monde aussi bien sur l’économie que dans le monde du travail. Dans ce contexte, une réflexion s’impose sur les effets socio-économiques de cette crise en vue de la formulation des solutions. C’est dans cette optique que s’est déroulée la 11ème édition du Forum de la rentrée syndicale de la branche africaine de la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique) qui s’est réunie du 16 au 18 février dernier en visio-conférence.

Se déroulant en pleine pandémie liée à la COVID-19, il s’agit donc pour la centaine de participants de réfléchir sur les opportunités que doivent saisir les syndicats africains pour participer au redressement afin de construire en mieux sur les ruines de la COVID-19.

La pandémie de COVID-19 est, en effet, survenue au moment où les perspectives d'avenir de nombreux pays africains étaient prometteuses,  a rappelé à l’ouverture des travaux le Secrétaire général du CSI-Afrique, Kawsi Adu-Amankwah avant d’insister sur la crise qui a « sérieusement » et « profondément » frappé les économies et les sociétés africaines.

« La pandémie de COVID-19, qui n'était au départ qu'une crise sanitaire, s'est vite transformée en une grande crise de l'emploi. Le phénomène d'inégalités s'intensifie, en raison des pertes d'emplois (…). Les travailleurs de l'économie informelle, en particulier les femmes, sont les plus touchés, du fait que les mesures de confinement ont réduit leurs revenus de 60 % », a indiqué M. Adu-Amankwah.

La représentant de l’OIT a, de son côté, appelé à une réponse à cette crise sanitaire centrée sur les êtres humains. Par conséquent, il recommande la mise en place d’un cadre politique à quatre piliers en se focalisant sur : la stimulation de l'économie et de l'emploi ; le soutien aux entreprises, aux emplois et aux revenus ; la protection des travailleurs sur le lieu de travail et le recours au dialogue social pour trouver des solutions.

A l’issue des travaux, les participants ont formulé plusieurs recommandations. Au nombre de celles-ci : les organisations syndicales sont appelées à s’appuyer sur les différents cadres de concertation existantes pour exiger l’alignement des politiques et stratégies économiques et sociales aux préoccupations syndicales. De même, les syndicats doivent s'adapter aux nouvelles exigences du monde du travail et de la société en général en proposant un réaménagement des normes de travail qui mettent en avant la protection et la sécurité des travailleurs dans la transition vers la nouvelle normalité.

 Ils doivent adopter des stratégies appropriées d'organisation et de recrutement qui font appel aux jeunes pour les attirer dans le syndicat, en particulier sur l'utilisation des médias sociaux et des campagnes ciblant les jeunes.

 La rencontre a également recommandé l’organisation des jeunes travailleurs en tant que groupe cible spécifique en mettant en avant les initiatives qui tiennent compte de l’intérêt et les préoccupations des jeunes (Les organisations syndicales doivent passer par le renforcement de capacités des jeunes dans les domaines suivants : culture syndicale, communication syndicale, techniques de négociation, dialogue social,), la création  des structures pour les jeunes et les jeunes travailleurs dans les structures syndicales, la conception  des stratégies appropriées d'intégration des jeunes dans le mouvement syndical en s'appuyant sur les acquis déjà réalisés sans oublier l’intensification de l’information et la formation des travailleurs migrants, la promotion des normes de recrutement équitable et l’utilisation efficace des différents mode de communication ou de diffusion de l’information en mettant l’accent sur le virtuel, la télévision et la radio.

 A noter que la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique) est une organisation syndicale panafricaine créée en novembre 2007 à la suite de la fusion de deux anciennes organisations syndicales africaines, à savoir l’ORAf-CISL et l’ODSTA. Elle  compte 17 millions de membres déclarés et 101 centrales syndicales affiliées dans 51 pays africains. Le siège de la CSI-Afrique est actuellement à Lomé au Togo.

 

Clarisse AFANOU

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.


Publier un commentaire

0 Commentaires