« Courrier falsifié » de Macron à Faure Gnassingbé : Le Quai d’Orsay coupe court à la polémique

 



Timing bien précis ! Le Quai d’Orsay a bien choisi le moment. C’est au premier jour de la visite officielle du président togolais, Faure Gnassingbé dans l’hexagone que la diplomatie française a choisi pour répondre à l’affaire du « courrier falsifié » qu’Emmanuel Macron aurait adressé à son homologue togolais tout juste après sa reconduction à la tête du Togo pour un 4ème mandat. Un courrier qui empoisonne la vie politique au Togo ces douze derniers mois, au point où la Dynamique Mgr Kpodjro (DMK) qui soutient la candidature de Messan Agbéyomé Kodjo, candidat arrivé en deuxième position, a décidé de porter plainte contre le journaliste de RFI Pierre Firton, par qui la lettre a été publiée.

Au cours de son traditionnel point de presse, dont un extrait est disponible sur le site de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française, interpellé par les confrères, a admis que le président Emmanuel Macron a adressé un message de félicitation à son homologue togolais.

« Le Président de la République a bien adressé une lettre au Président Faure Gnassingbé, suite à son élection. Ces courriers relèvent de la courtoisie internationale à l’occasion de l’élection d’un chef de l’État », a répondu Le Drian coupant court à cette polémique qui n’a que trop duré.

Voilà ce qui tombe bien pour le N°1 togolais. C’est très décontracté et loin de la polémique qu’il poursuivra son séjour hexagonal.

Avec ce démenti quelle sera la suite de la plainte du candidat malheureux de la dernière présidentielle contre le journaliste Firton ? That’s the question. Toujours est-il que cette plainte ne pourra plus prospérer.

Malgré tout, pour les adversaires du président togolais, cet agenda cache des non-dits.  Le président Macron élu en 2017 est presque en fin de mandat. Il a donc besoin de fonds pour sa future campagne électorale, ce qui explique qu’il se rétracte et offre le tapis rouge à son homologue togolais, quitte à ravaler ce qu’il avait dit il y a quelques années en déclarant qu’il « est favorable à un départ du pouvoir de Faure Gnassingbé » dont la famille régente le Togo depuis plus d’un demi-siècle.

Les pays africains sont connus comme ceux qui financent habituellement les campagnes électorales françaises : le cas de Nicolas Sarkozy avec Mouammar Kadhafi, Jacques Chirac avec Omar Bongo dont les billets sont transportés dans du djembé. On susurre même qu’en 2016, au cours de son séjour au Togo, l’ancien premier ministre français Manuel Valls a dû bénéficier de quelques soutiens de Lomé pour sa campagne.

 

Albert AGBEKO

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

 

Publier un commentaire

1 Commentaires