Lungi, le jour où l’horizon du football togolais s’est assombri



03 juin 2007-03 juin 2021 : ça fait 14 ans que s’est produit le drame de Lungi en Sierra-Leone. Ce jour-là, l’équipe nationale de football, les Eperviers, venaient de remporter une victoire sur les Lone Star de la Sierra-Leone où ils  se produisaient dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2008). Cette victoire étriquée s’est vite transformée en une victoire à la Pyrrhus pour les nôtres. Puisque l’hélico de type MI-8 de fabrication russe qui ramenait une partie de la délégation de l’île sur laquelle s’est jouée la rencontre dans la capitale sierra-léonaise s’est écrasé à Lungi  ne donnant aucune chance de survivre à tous les occupants. Décompte final, décombre macabre affiche : 13 Togolais dont le ministre des Sports de l’époque Richard Attipoé et notre consœur Olive Mensah manquaient à l’appel et 09 membres de l’équipage soit au total 22 personnes.

Ainsi donc partir pour défendre les couleurs nationales, ces ambassadeurs du football togolais reviendront les pieds devant. Ce drame l’un des plus douloureux du football togolais mais aussi continental à l’instar de la chute de l’avion au large des côtes gabonaises qui a emporté les joueurs de la sélection zambienne, a éteint toute la délégation togolaise exception faite des joueurs et du reste des journalistes qui sont les seuls survivants de cette aventure bien périlleuse.

Et depuis, le drame de Lungi a ouvert la boite à Pandore du football togolais puisque après Lungi, le football togolais sera secoué par d’autres drames dont celui de Cabinda mais aussi par des crises à l’interne qui ont ou qui empoisonnent la vie de la sélectionne nationale éloignant l’équipe nationale de son passé glorieux qui faisait vibrer tout un pays à l’unisson et faisait vivre les délires et  la fascination d’un sport-roi devenu un ciment de l’unité nationale.

Au moment, où nous célébrons ce triste événement, l’Etat togolais qui n’a pas failli à son devoir de protection de ses citoyens et qui a œuvré pour le retour au bercail du reste de la délégation togolaise mais aussi au rapatriement des dépouilles mortelles des victimes, les a décorées à titre posthume après des cérémonies d’hommage national, l’Etat togolais disons-nous, ne veut pas que cette histoire douloureuse de notre football national soit oubliée au contraire qu’elle soit connue et perpétuée, au mieux qu’elle soit gravée dans le subconscient du peuple togolais et particulièrement des amoureux du ballon rond, c’est pourquoi  le gouvernement togolais met un point d’honneur à la célébration de nos héros partis très tôt.

Cette année encore et en collaboration avec l’association « Lungi à jamais », le gouvernement a sollicité des offices religieux à l’intention des disparus de ce drame.

Certes, le seul point noir aujourd’hui dans ce dossier est son évolution à pas de tortue. 14 ans après, les familles ne sont pas totalement dédommagées. Grâce  aux pressions du gouvernement togolais, l’Etat sierra-léonais a versé 50%  des frais de dédommagement des victimes aux ayant droits. Mais face aux tergiversations du gouvernement sierra-léonais à verser le reste des fonds aux familles. Le conseil des familles conduit par Me Paul Dodji Apévon a porté l’affaire devant la cour de justice de la CEDEAO. L’affaire pendante devant une juridiction sous régionale désengage l’Etat togolais à intervenir dans le dossier avant toute décision de la justice.

Le mieux qu’on puisse souhaiter est que la justice tranche définitivement ce dossier avant la célébration du 15ème anniversaire de cette disparition pour permettre aux familles de faire en quelque sorte le deuil de leur fils.

Même si le meilleur endroit où peut résider un héros c’est dans le cœur de son peuple pour lequel il s’est sacrifié, le gouvernement togolais gagnerait aussi à ériger une statue ou une stèle en l’honneur de tous les disparus du football togolais et particulièrement ceux de Lungi car ce que le football a donné à ce pays en terme de visibilité, la diplomatie ne l’a pas encore fait.

Liste des victimes

 Richard ATTIPOE

 Théodore AMEGNRAN

 Freddy ALADJI

 Olive AMOUZOU MENSAH

 Albert DANHIN

 Koffi LISSASSI

 Rahama OURO SODJI épouse AFOH

 Gado PONDIKPA

 Selom KUDZI

 Nestor AKOHIN N'DÉTÉ

 Bassirou BAKO

 Goutane BOMBOMA

  Mandanawè ADOM

 Les gabonais

 Français

 Sénégalais

 Ukrainiens

 

Francine DZIDULA

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

 


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires