Mouvement d’humeur à EDITOGO : Au moins 3 employés interpellés, la distribution des journaux paralysée

 


                                      Une fourgonnette à l'entrée de la société EDITOGO

 

Trois responsables du personnel de la Société nationale des éditions  (EDITOGO), la société qui édite le quotidien national Togo-Presse, (à savoir la Président du personnel Mme Laré Koupak, le vice-président Assih Abalo et Secrétaire administratif Baderi Monipak), ont été embarqués muni-militari ce matin au siège de ladite société et conduits au commissariat de police. Cette arrestation musclée fait suite à un mouvement d’humeur des agents de l’EDITOGO.

Réclamant une augmentation de salaire pour supporter la vie chère, les employés de la société ont décidé ce matin de paralyser l’acheminement des journaux à l’intérieur du pays et la distribution dans la capitale. C’est ainsi que le directeur de la Société, l’inamovible Rémy Assih Banafei a fait appel aux forces de l’ordre. Trois fourgonnettes de la police sont intervenues. Ces agents des forces de l’ordre ont intimé l’ordre aux employés de reprendre le boulot en vain.

 « Les forces de l’ordre ont fait le forcing en demandant aux employés de monter dans leur fourgonnette. Suite au refus de ces derniers,  ils ont embarqué trois collègues pour les mettre dans la fourgonnette. J’étais allé moi aussi pour demander qu’ils m’embarquent également mais  ils ont refusé », a déclaré Simnabiou Kossi Etienne, vice-président des délégués. Et de poursuivre : « Les journaux ne sont pas acheminés. On a ramassé toutes les presses on les a bloquées. Les véhicules ne bougent pas », a-t-il insisté.

Aux dernières informations, les forces de l’ordre ont défoncé les portes pour prendre les clés afin de procéder à la distribution des journaux.

Mais pour ces employés d’EDITOGO, ces intimidations ne les dissuadent pas. « Nous irons jusqu’au bout », clament-ils. D’ailleurs, ils sollicitent  l’intervention de leur ministre de tutelle pour résoudre la crise.

Depuis mars 2016, le collège des délégués nouvellement élus cherche à rencontrer la direction de la société en vain. Ce dernier a décliné les correspondances malgré les relances avec ampliation au ministre des médias.

Les revendications du personnel tournent au tour de : l’augmentation des salaires de façon à le hisser sur la grille salariale définit et le retour des primes pharmaceutiques. Certains agents payés en bas du SMIG, n’ont jamais bénéficié des avantages que  le gouvernement octroie aux agents de la fonction publique notamment 8000 et 6500 francs CFA en 2008 aux agents de catégories inférieures et  en 2013, ils n’ont pas bénéficié des primes forfaitaires de 30.000 et 20.000 francs CFA. A tel enseigne qu’ils ne savent pas s’ils sont des agents de l’Etat ou para-public ou même privé.

La société EDITOGO est dirigée par Rémy Assih Banafei qui, plus de 15 ans après son admission à la retraite, est toujours maintenu à son poste.

 

Francine DZIDULA

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires