L’ombre de Jimi Hope, Claver Kangni a disparu !

 



Le monde musical au Togo est frappé à nouveau  par un deuil. Si les belles mélodies et harmonies de sons musicaux qu’on savoure dans les chansons du célèbre artiste Jimi Hope continuent par égayer le public, c’était aussi grâce à un homme qui était comme l’ombre de Jimi Hope.

Ce musicien bassiste plein de talents, c’était Claver Kangni ! Beaucoup ne le connaîtront pas mais hélas il a été dans l’ombre des grands artistes togolais dont Jimi Hope et King Mensah pour ne citer que ceux-là. Le destin a décidé autrement de son sort le 29 septembre 2021 à la suite d’un accident suivi d’une évacuation au CHU Sylvanus Olympio à Lomé où il s’est éteint.

Claver Kangni, benjamin d’une famille de musiciens originaire de Glidji au sud Togo, est né le 09 septembre 1963 à Lomé et est mort dans la même ville, soit 58 ans plus tard. La triste nouvelle est confirmée par la famille au grand désarroi des proches et ami du bassiste.

 

Claver Kangni, vie et hommages

En mémoire du regretté, Professeur Kinvi Kangni lui a rendu un hommage émouvant et a retracé le début de la carrière de son petit frère depuis la classe de 6e au Collège St Joseph à Lomé pour devenir plus tard un professionnel. Claver Kangni a été aussi un bassiste de l’orchestre de l’Université de Lomé entre 1982-1983. Plus tard, il a rejoint Jimi Hope et King Mensah et a effectué des tournées en France, en Côte d’Ivoire, au Gabon et dans plusieurs autres pays.

Certains de ses projets comme les interprétations basistes en solo ne verront plus malheureusement le jour. Claver Kangni laisse derrière lui une famille avec trois enfants et plusieurs autres collègues musiciens. Dans le même registre d’hommage, Gougoui Kangni, un artiste togolais et frère ainé du disparu, s’est prononcé. Du parcours terrestre de Claver, Gougoui a retenu son professionnalisme et son talent exceptionnel de bassiste auprès de Jimi Hope et de King Mensah. Parti pour l’au-delà, Gougoui prie pour la paix de l’âme de son jeune frère.


 

Pour sa part, Amen Viana, un artiste qui a formé avec Claver Kangni et un autre collègue a témoigné que « Nous étions 3. Désormais ne serons plus que 2 à veiller sur nos rêves communs. Des clubs à Lomé jusque dans les bars à Paris nous n’avions jamais cessé d’y croire… Je n’arrive juste pas à y croire. Merci grand frère Claver Kangni et dis à Jimi Hope que nous continuerons d’écrire l’histoire, notre histoire. Adieu l’ami et repose en paix ».

 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires