L'OMS-bureau du Togo à la pointe de la lutte contre la résistance aux antimicrobiens

 

                                                Photo de famille des participants

 

« Plus on utilise d'antimicrobiens, plus il y a de probabilités que les micro-organismes développent une résistance, et en cas de mauvaise utilisation ou d'abus, le processus est accéléré », a déclaré ce 24 novembre 2021 Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane, la représentante de l'OMS au Togo. Elle faisait cette déclaration à l’occasion de la célébration de la semaine mondiale de lutte contre la résistance aux antimicrobiens (RAM).

« Avec la RAM, les traitements standards deviennent donc inefficaces et on a tendance à augmenter les doses avec comme conséquences la persistance des infections mais aussi des intoxications avec une issue fatale, car la résistance aux antimicrobiens rend même les infections simples plus difficiles à traiter », a-t-elle poursuivit.

C’est donc pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a décidé de consacrer la semaine du 18 au 24 novembre de chaque année à la sensibilisation pour le bon usage des antimicrobiens.

La résistance aux antimicrobiens (RAM) est la capacité des micro-organismes (comme les bactéries, les virus et certains parasites) à contrer les effets d'un antimicrobien (comme les antibiotiques, les antiviraux et les antipaludiques). Selon la représentante de l'OMS résident au Togo, la prise de doses incorrectes ou encore l'administration d'un antimicrobien à la mauvaise fréquence ou pendant une durée insuffisante sont des exemples de mauvaise utilisation. Elle a également insisté sur les conséquences de cette pratique. 

                                               Table d'honneur, Dr Diallo au centre
 

Cette année le thème de cette semaine est : "Sensibiliser, arrêter la résistance". L'objectif principal de cette célébration est de sensibiliser la population et les différents acteurs pour arrêter la résistance aux antimicrobiens. Il s'agit en fait d'encourager tous les personnels de la santé et leurs partenaires humaine et animale, ainsi que le grand public à adopter les pratiques de prescription et d'utilisation des antimicrobiens pour limiter les risques de résistance aux antimicrobiens.

 

Le professeur Salou Mounerou enseignant à l'Université de Lomé et point focal RAM donne les détails sur les actions menées sur le plan national. "Le Togo n'est pas isolé sur la question de lutte contre la résistance aux antimicrobiens. Depuis deux ou trois ans, vous allez remarquer que chez les pharmaciens à un moment donné si vous venez pour acheter les antibiotiques si vous n'avez pas d'ordonnance, on ne vous sert pas. Depuis 2017, on organise régulièrement des activités de sensibilisation à travers le pays à l'occasion de la semaine de bon usage des antibiotiques comme maintenant aussi bien à Lomé qu'à Kara" a précisé Salou Mounerou.

 

Rappelons que le secrétaire général, représentant du ministre de la santé, de l'hygiène publique et de l'accès universel aux soins et les étudiants étaient présents à cette cérémonie de lancement officiel des activités de la semaine mondiale de lutte contre la résistance aux antimicrobiens.

 

Marc GNAZOU

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires