59 ans après sa disparition : Une délégation de l’UFC a fleuri la tombe de Sylvanus Olympio

 



Tradition respectée pour l’Union des forces de changement (UFC), le parti qui se réclame du Père de l’Indépendance du Togo, l’Ablodé. A l’occasion du 59ème anniversaire du tragique assassinat du Premier président démocratiquement élu du Togo, Sylvanus Olympio, les cadres de ce parti se sont rendus ce 13 janvier 2022 sur la tombe de l’illustre disparu.

Composée de Séna Alipui, 3ème vice-président de l’assemblée Nationale, Agbanou Komi, président du groupe parlementaire du parti, Mme Léonardina De Souza, 2ème secrétaire parlementaire à l’assemblée Nationale, les députés Afangbedji Komlanvi Sedoufia et Gaëtan Ahoomey-Zunu, l’ancien secrétaire d’Etat à l’industrie Olivier,  la délégation s’est rendue à Agouégan, la petite ville frontalière entre le Togo et le Bénin, où repose le corps de l’ancien président. Là, elle  a procédé au rituel qui sied à la circonstance. Ensuite, des gerbes de fleurs ont été déposées sur la tombe de Sylvanus Olympio et de Dina N’Grunitzky, épouse Olympio.

Après cette cérémonie sobre, le chef de la délégation, M. Alipui a confié à la presse : « le défi auquel s’attelait Sylvanus Olympio, pour lequel il se battait et pour lequel il a payé de sa vie est le défi du développement qui reste entier. Ce défi nous allons le relever ensemble pour faire du Togo un pays libre, prospère et démocratique, un pays qui nous ressemble et qui nous rassemble, l’or de l’humanité comme l’ont rêvé les pères fondateurs de l’ablodé ». C’est le sens, a-t-il poursuivi, du combat que nous menons, c’est le sens du combat que Gilchrist Olympio mène et les questions pour l’alternance démocratique et le développement économique  se retrouvent dans ce combat que nous poursuivons.


 

Très tôt dans la journée de ce 13 janvier 2022, une messe catholique a été dite à l’église saint Padoue de Hanoukopé pour le repos de l’âme du disparu.

 

Notons que le 13 janvier 1963, le gouvernement du Togo indépendant dirigé par Sylvanus Olympio fut renversé, à la suite d’un coup d’Etat.

Grand patriote et panafricain convaincu, (il était en train de rédiger la Charte de l’OUA quand les putschistes investissent sa demeure) Sylvanus Olympio était partisan de l’indépendance économique et politique du continent hors de toute ingérence étrangère. Ainsi multiplia-t-il les vexations à l’égard de l’ancienne puissance tutélaire, diversifiant ses partenaires économiques et financiers, poussant la volonté d’autonomie jusqu’à envisager la sortie de la zone franc ; ce que Jacques Foccart et les stratèges de la cellule africaine de l’Elysée ne pouvaient tolérer, à un moment où la France était en train de bâtir les réseaux de la Françafrique.

Profitant de la situation, les demi-soldes de l’armée française revenus d’Algérie et qu’Olympio refusait d’intégrer dans l’armée nationale qu’il ne voulait pas créer, au motif que le petit Togo n’avait pas besoin d’une armée (pour le défendre contre quel ennemi extérieur ?), mais d’une police bien organisée, ces demi-soldes, manipulés par la France prennent le pouvoir.

Le dimanche 13 janvier au matin, ils annoncent par les ondes de la radio nationale, la fin du régime Sylvanus Olympio et la mort de ce dernier.  

Plus de 50 ans après la disparition du premier président, les Togolais attendent de savoir les circonstances exactes dans lesquelles est intervenu cet assassinat. Récemment, un membre de la famille a saisi la France en vue de  déclassifier les archives relatives à cet assassinat.

 

 

 

Francine DZIDULA

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires