Cette tête couronnée veut réveiller les consciences africaines

 

                                          Togbui Dagban Ayivon IV, chef canton d'Adakpamé

 


A partir du 8 juin 2022  s’ouvre à Lomé une école sur l’identité africaine. Il s’agit, selon  son initiateur, Togbui Dagban Ayivon IV, chef quartier d’Adakpamé, d’œuvrer à travers cette école à l’éveil des consciences africaines par des séances d’échanges et de partage.

Pour le lancement de cette école, la date du 11 mai qui, symbolise le décès de l’icône de la musique Reggae, Bob Marley, a été retenue. Ce choix n’est pas fortuit car Bob Marley est ce prophète noir que l’occident a traité de drogué, de bandit pour finalement l’éliminer parce qu’il disait des choses qui dérangent. L’école de Togbui Dagban vise donc à célébrer tous ses courants de pensées qu’incarnait Bob Marley.

Les premières causeries vont porter sur les activités porteuses comme l’économie et les finances. Le promoteur, Togbui Dagban, veut ses rencontres festives, ouvertes et populaires. « Nous voulons éveiller les gens dans une ambiance festive. Il faut qu’à un moment donné, ils puissent libérer leur voix, joindre leur voix aux nôtres », précise-t-il tout en souhaitant des « séances d’échanges nourris par des idées antagonistes pour qu’enfin nous ayons un courant de pensée. Je voudrais développer un courant de pensée et de comportement. Il faut que le Togolais aujourd’hui se montre instruit, pas instruit de la manière des colons mais imbu de leur réalité du terroir », dit-il.

Le garant des us et coutumes souhaite qu’ensemble les peuples africains se lèvent contre l’oppresseur. Et ceci n’est possible, dit-il, qu’en abandonnant la religion occidentale qui endoctrine les peuples noirs. « Nous devons-nous libérer de l’esclavage mental. Le mental c’est ça qui agit sur le physique, Lorsque mentalement tu ne réagis pas, tu n’es pas toi-même. Nous devons nous rebeller contre cela », a souligné la tête couronnée pour qui, « aucune lutte pacifique n’a de succès véritable. Une lutte active, c’est  ça qui aboutit. Aujourd’hui après avoir fait la lutte pacifique, il faut entrer dans l’action. Donnons-nous les moyens de nous libérer. Je ne vous dis pas d’aller payer les armes, non ! Les moyens sont d’abord financiers, la santé, l’information », conclut-il.

 

Francine DZIDULA

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires