Un délégué du HCTE dézingue l’OTR

 

                                                        Le siège de l'OTR à Lomé


L’Office togolais des recettes (OTR) a réussi à se mettre les Togolais résidant sur le territoire national à dos. Mal lui en a pris de s’attaquer aux Togolais de la diaspora.  C’est ainsi que depuis quelques semaines, à la suite de la publication du guide du voyageur, cet Office est sous le feu des critiques de la diaspora. Même la clarification apportée par la direction de l’Office n’a rien fait.

Dans  ce concert de critiques, il y a une qui fait écho: pas n'importe laquelle. Il s’agit de celle du délégué du Haut conseil des togolais de l’extérieur (HCTE)-USA, Dr Albert Kate.

Ce Conseil, faut-il le rappeler, a été mis en place en novembre 2019 par le gouvernement togolais pour créer une synergie d’actions entre les concitoyens vivant au pays et ceux  de l’extérieur en vue de faire de ces derniers un maillon important du développement de la mère patrie.

Or, ces derniers temps tout se passe comme si le gouvernement togolais veut décourager sa diaspora à investir dans le pays. Alors que des pays offrent des facilités à leur diaspora pour investir ou qu'elle ramène au pays ce qu'elle a  trouvé de mieux à l'extérieur, au Togo le gouvernement ferme la porte au nez de sa diaspora. Tout se passe comme si l'Etat togolais renie sa diaspora et veut que celle-ci laisse tout à l'étranger. 

Et donc un responsable de ce Conseil, Dr Kate, a vertement critiqué la gestion faite par l’OTR dans sa politique d’élargissement de l’assiette fiscale. Dans un tweet, il n’a pas mâché ses mots : « L'approche de l'OTR pour faire contribuer les Togolais de la Diaspora au PND angoisse les citoyens au jour le jour », assène-t-il.

Si ceux qui doivent être des ambassadeurs du Togo dans leur pays d’adoption ne croient pas à la méthode de l’OTR au point de le dézinguer publiquement il y a lieu de s’interroger sur l’efficacité de cette méthode. Même si le chant de requiem est déjà entendu pour le PND, il ne faut pas fermer totalement la porte aux investisseurs étrangers et à ces Togolais de la diaspora d’investir au Togo.

Ces différentes taxes à l’entrée et à la sortie du territoire togolais en ce temps de crise où les gens voyagent moins ont fait une mauvaise publicité à notre pays au point que même des citoyens togolais préfèrent atterrir dans les capitales voisines qu’à Lomé. Et si un Togolais a pu faire ce choix, quel touriste préfèrerait visiter notre pays.

 Les flux de transfert d’argent de la diaspora togolaise représentent environ 8% du PIB du Togo, ce qui fait de la diaspora togolaise une des plus généreux du continent.

Dr Kate ne se contente pas seulement de critiques mais il fait aussi des propositions. C’est ainsi qu’il propose à l’OTR qu’au lieu de taxer les marchandises, il ferait mieux de réduire les frais de douanes. « Pour augmenter les revenus, l'emploi et les investissements, offrons les incitations douanières, la réduction des frais de douanes que de surtaxer les marchandises », propose-t-il.

Notons qu’environ 2 millions de Togolais vivent hors du Togo.

 

 

Albert AGBEKO

E-Mail: togoscoop@gmail.com

Tél : (00228) 90 96 63 64/ 99 56 57 88 : Pour vos reportages, annonces et publicité, contacter le service commercial de votre site Togoscoop.

Enregistrer un commentaire

1 Commentaires

  1. C'est de la débandade totale. Il faut qu'un jour, on mette une option cliquez dessus pour les avis otr, ils réaliseront le dégât important qu'ils créés grâce à ses taxes surplombant.
    Un pays se paix transformé en pays de zizanies.
    Pardon arrêtions de fatiguer l'honnêteté des citoyens togolais.

    RépondreSupprimer